L'âme des personnages

Le bon peintre a deux choses a représenter :

le personnage et l'état de l'âme. 

Léonard De VINCI

C'est grâce aux méthodes de l'archéologie picturale que l'existence des lignes de l'âme des personnages est révélée par l'application de la 1ère règle de composition :

En prolongeant une ligne droite visible dans un tableau elle pointe au loin 

un point spécifique congruent avec le sujet de l'œuvre.

Procédé que j'ai nommée : la ligne narrative.

Ainsi en prolongeant certaines lances, épée ou crucifix comme ci-dessous, on constate que des objets rectilignes pointent certaines fois le milieu du front, entre les sourcils de personnages le plus souvent religieux. Ce point relevé de nombreuses fois sur une base de données induit une théorie que j'ai nommée : le point de l'âme des personnages. 

Il reste à valider la justesse cette théorie par l'application d'autres règles ou techniques de composition déjà confirmées. Si d'autres règles ou techniques valident ce point de l'âme il faut voir encore si cela est congruent avec le sujet du tableau examiné.

En voici quelques exemples :

Sur ce retable d'un peintre anonyme du XIIIéme siècle la base des deux tablettes à droite et la lance de l'ange de droite (ligne en violet) pointent tous deux le point de l'âme du Christ.

Retable de la crucifixion avec une lance qui pointe l'âme du Christ

Anonyme - retable de la crucifixion du Christ (détail) - 1230 - Petit Palais - photo tracé ©gm

Avec UCELLO, la lance pointe en jaune le point de l'âme de l'ange et ce point est placé sur la grille harmonique de composition des tiers (en violet)

UCELLO L'hostie, une lance pointe l'Ame de l'ange.

UCELLO - La profanation de l'ostie 4 (détail) - 1469

Avec la madone dans la prairie de Raphaël ci-dessous, les lignes prolongées (en rose) du crucifix et de l'auréole se rejoignent pour pointer l'âme de Marie sur son front. Ces deux lignes sont congruentes avec le thème religieux de cette scène. Elles pointent sans équivoque le point de l'âme de Marie.

RAPAHEL Madone dans la prairie, le crucicfix et l'auréole pointent l'âme de Marie

Raphaël - Madone dans la prairie (détail)- 1506 - Vienne

Le crucifix et l'auréole de St Jean-Baptiste pointent tous deux l'âme de Marie

Avec Simon VOUET, la flèche de Cupidon pointe ostensiblement le point de l'âme sur le front de Vénus.

Simon VOUET - La toilette de Vénus - La flèche pointe l'âme de Vénus

Simon VOUET - La toilette de Vénus (détail) - 1627 - Rome.

D'OÙ VIENT L'IDÉE DE CE POINT DE L'ÂME ?

J'ai peu de doute sur l'existence de cette technique narrative de la ligne de l'âme qui conditionne en grande partie la composition d'une œuvre. Je ne montre ici que très peu d'exemples qui démontrent l'existence de ce point de l'âme, alors que j'en dispose d'un grand nombre dans ma base de donnée (voir le florilège en fin d'article).

Je dois avouer que j'ai été très surpris de découvrir ce point de l'âme sur le front des saints ou autres personnages importants. Cela m'a rappelé le 3ème œil hindou, le 6 ème chakra de la tradition orientale. La question de savoir comment l'idée d'utiliser ce point de l'âme dans la composition est venue reste encore un mystère complet pour moi. 

il y aurait toute une étude historique à réaliser pour en comprendre l'origine.

Comment fonctionne la technique de l'âme des personnages ?

Le fonctionnement de ce point sur le front est tout simplement le même que celui des regards des personnages partant de la prunelle des yeux. Pas de multiplication de moyen pour cette technique de l'âme, mais une économie en utilisant le même système d'angles des regards des personnages qui illustre leurs centres d'intérêts. Sauf que pour cette technique le point est le centre du front pour illustrer les passions de l'âme du personnage.

Ainsi, à partir de ce point, les angles préférentiels de la 2ème règle de composition, soit 9°, 18°, 30°, 36° , 45° et 90° vont rayonner pour pointer un élément en lien avec un intérêt, une passion du personnage.

La ligne de l'âme avec Raphaël

Voyons ci-dessous, avec "La madone dans la prairie" de Raphaël comment fonctionnent les lignes de l'âme de Marie :

RAPHAEL - Les lignes de l'âme de Marie, dont l'angle à 9° est sur le crucifix.

Raphaêl - La Madonne dans la prairie - 1506 - Vienne.

Les angles de l'âme de Marie pointent sept points de la première règle.

A partir du point de l'âme de Marie, les angles préférentiels pointent à 18° en bleu foncé le nez de St Jean-Baptiste,

à 9° en bleu clair dans l'axe du crucifix le pouce de Jésus et l'auriculaire de St Jean-Baptiste,

la verticale à 90° en violet pointe le pouce de Jésus,

à 9°en bleu clair pointe son orteil, puis un angle à 19° pointe l'annulaire gauche de Marie, celui avec l'alliance,

et enfin en jaune l'angle à 36° pointe son orteil.

On peut également noter que deux angles à 9° et 18° délimitent la hauteur de deux clochers dans le village de derrière.

Vérifions, ci-dessous, le tracé de cette ligne de l'âme de Marie : cette ligne violette est calée sur le carré terre sur le bord du format. Ce carré terre a conditionné trois points de la première règle avec le genou de St Jean-Baptiste (l'initiation), l'annulaire de Jésus, puis l'index et le majeur de Marie. Les trois personnages sont ainsi réuni par cette grille du carré terre.

RAPHAEL - La ligne de l'âme de Marie est calée sur le carré terre.

L'horizontale de l'âme de Marie se cale sur la grille du carré terre.

La ligne de l'âme de Jésus à 45° pointe l'œil de St J-B et s'appuie sur la grille des tiers qui a également servit à l'emplacement des personnages et du décor.

Ci-dessous, les lignes de l'âme de Jésus comportent pas moins de 14 points de la 1ère règle de composition. Ce grand nombre de points présents laisse peu de doute au sujet de l'usage de cette technique de composition.

De plus, une autre technique de composition est en relation avec la ligne de l'âme de Jésus à 45°en orange qui vient s'appuyer sur la grille des tiers, celle de la Sainte trinité, qui elle même définit l'emplacement du crucifix et du talon de Jésus. Ces deux points, Crucifix et talon semblent illustrer en métaphore le destin vers lequel Jésus se dirige.

RAPHAEL -  Madone -les lignes de l'âme de Jésus et la grille des tiers.

Les lignes de l'âme de Jésus pointent pas moins de 14 points de référence de la première règle de composition. Et son regard d'âme à 45° (en orange) pointe sur le format la grille des tiers (en mauve). L'auréole de ST Jean pointe également cette grille des tiers.

RAPHAEL - Madone - L'âme de Jésus et la grille des tiers donnent les quintes dorées de mesures.

Les angles à 36° en jaune et la grille des tiers déterminent sur la croix deux valeurs des 2 quintes dorées utilisées pour les mesures. Les yeux et la bouche de Jésus en sont les premières valeurs de chaque quinte.

L'axe prolongé de l'auréole de Saint Jean-Baptiste (en rose) pointe aussi la grille des tiers sur le bord du format et cet axe pointe en direction du ciel l'âme de Marie.

Avec ces vérifications sur les tracés des lignes de l'âme de Marie et Jésus, nous avons une congruence avec la première règle, la deuxième règle et troisième règle de composition, la technique des grilles harmoniques et des mesures dorées. Tous ces recoupement congruents avec la ligne de l'âme se font sur les points importants du thème de cette œuvre.

Les lignes de l'âme avec Michel SITTOW

Michel Van Der SITTOW est un peintre Flamand, élève de Hans Memling, Jean Hey et Van Der Weyden. Avec cette vierge à l'enfant les lignes de l'âme de Jésus et de Marie ont été largement utilisés pour la composition. Ces lignes définissent pour les deux personnages les positions des points de la 1ère règle de composition et elles s'appuient sur la technique de la grille des tiers et la grille du carré terre. Un marqueur très visible permet de caler ces lignes de l'âme.

Lignes de l'âme de Jésus ci-dessous.

SITTOW - Marie et Jésus chardonneret - Les lignes de l'âme de Jésus.
SITTOW - Marie et Jésus - L'âme de Jésus calée sur la grille des tiers.

Michel Van Der SITTOW - 1515 - Berlin - photo, tracés ©gm.

En haut, lignes de l'âme de Jésus en violet avec 6 points de la 1ère règle et un marqueur sur le 30° en vert.

En bas, lignes de l'âme de Jésus calées sur la grille des tiers

Lignes de l'âme de Marie ci-dessous.

SITTOW - Marie et Jésus - Le lignes de l'âme de Marie
SITTOW - Marie et Jésus - LA ligne de l'âme de Marie calée sur le carré terre.

En haut, lignes de l'âme de Marie en violet, avec 7 points de la 1ère règle, un marqueur et sous le nombril de Jésus, le bec du chardonneret symbole de la passion du Christ.

En bas, lignes de l'âme s'appuyant sur la grille du carré terre et une ligne à 19° sur la grille des tiers.

La ligne de l'âme dans un portrait non religieux avec Raphaël

Il n'est pas rare que certains peintres utilisent cette ligne de l'âme pour des personnages de haut rang, autre que les personnages bibliques et les Saints, voir même pour les personnages qu'ils affectionnent particulièrement. Ainsi Raphaël a composé le portrait de sa chère compagne, Margarita Luti, principalement avec les lignes de son âme (en violet) qui s'appuient sur deux grilles harmoniques.

RAPHAEL, La fornarina, 1519, les lignes de l'âme.

Raphaël - La Fornarina - 1519 - Rome - photo tracés©gm

Les lignes de l'âme pointent à 18° en bleu les index de Margarita et une ligne à 36° en jaune pointe l'angle du format.

RAPHAEL, La fornarina, les lignes de l'âme et grilles harmoniques

La ligne de l'âme horizontale se cale sur la grille du carré terre et sur la grille des demi-médianes. La grille carré terre a conditionné quatre points de la 1ère règle de composition.

La ligne de l'âme dans un auto-portrait avec Élisabeth Vigiée-Lebrun

Elisabeth Vigée-Lebrun, grande portraitiste très prolixe, nous offre un bel exemple de composition avec cette technique de la ligne de l'âme. Avec son auto-portrait, elle a composé sa ligne de l'âme calée sur le carré terre et pointe à 36° (en jaune) sur la passion de sa vie, la peinture.

Vigier-Lebrun - Autoportrait - La ligne de l'âme calée sur le carré terre.

Elisabeth VIGIÉE-LEBRUN - Autoportrait - 1780 - Offices - 

La ligne de l'âme est calée sur la grille carré terre. Son regard d'âme à 36° (en jaune) pointe le pinceau, alors que le 18° pointe un marqueur.

Florilège de lignes de l'âme

N'hésitez pas à laisser votre commentaire, vos questions en pied de page, mon plaisir est de pouvoir échanger sur la composition picturale. Merci.

Guy MAUCHAMP

Travail protégé par un copyright ©guymauchamp U79J1B9 et un dépôt Légal à la SGDL Paris.