Analyse de tableau de peinture

Georges de La Tour - Le Tricheur à l'as de carreau

Cette scène de genre inspirée de Caravage illustre les préceptes moraux du XVII° siècle qui incitaient de lutter contre le fléau des jeux d'argent, des excès d'alcool et des plaisirs de la chair avec les courtisanes. Avec réalisme, de La Tour saisit trois personnages en pleine partie de cartes alors que la servante sert un verre vin sous l'ordre de la courtisane.

De La TOUR - Le Tricheur à l'as de carreau - Louvre - photo gm

Georges de La Tour - Le Tricheur à l'as de carreau -  1635 - Louvre - Photo Guy Mauchamp

Ce qui retient mon regard dans cette scène de groupe est que les personnages semblent plus présents à leurs préoccupations individuelles que d'être en lien avec les autres. On croit être face à un groupe de joueurs unis par le plaisir du jeu de cartes alors que d'autres événements singuliers se nouent séparément. Le jeune homme de droite, certainement un riche bourgeois aux vues de ses habits ornés et du nombre de pièces d'or, est  mis à l'écart des trois autres personnes selon la grille harmonique du carré vert. Son regard perdu et songeur semble révéler un sentiment de trouble face aux intrigues des trois personnages.

De La Tour - Le Tricheur - le jeune bourg

De La Tour - Le Tricheur - le jeune riche bourgeois est mis à l'écart des trois personnages avec la grille du carré vert.

Par contre, la grille de composition du carré bleu met en lien sur une diagonale le jeune homme, la courtisane et la servante à travers trois points de la première règle (ronds bleus) et met à l'écart le tricheur. Ce dernier semble détourner l'attention par son regard goguenard pour que son geste de tricherie passe inaperçu.

Remarquons le plumeau de la servante qui est posé comme un marqueur sur la diagonale du carré bleu.

De La Tour, Le Tricheur, le carré bleu

De La Tour - Le Tricheur - Le carré bleu met en lien par la diagonale les trois personnages de droite et isole le tricheur.

Le croisement au centre des deux carrés fait ressortir le lien entre la courtisane et la servante. Elles semblent être de connivence mais on se demande à qui est destiné cet unique verre de vin alors qu'il y a deux hôtes ?

De_La_Tour,_Le_Tricheur,_la_composition_

De La Tour - Le Tricheur - Avec le lien des deux carrés les hommes sont isolés alors que les deux femmes semblent être en lien.

Ci- dessous, la grille dorée de composition (en jaune) pointe l'index du tricheur et elle relie surtout les nez des trois joueurs. Le nez dans les points de référence de la première règle de composition peut revêtir plusieurs aspects symboliques. Est-il question de flair pour deviner les intentions de chacun ? Nous avions vu à la page "iconographie de l'ivresse" que la coupe de vin recèle des indices intéressants à révéler grâce à l'archéologie picturale.

De_La_Tour,_Le_Tricheur,_la_grille_doré

De La Tour -  Le Tricheur - La grille dorée met en lien les nez des trois joueurs.

Ci-dessous, l'iconographie de l'ivresse montre que le vin incliné dans le verre (prolongé en rose) pointe deux jeux de cartes, les pièces d'or et le collier de perles qui est un attribut des courtisanes. L'axe de ce verre pointe le quatrième nez, celui de la servante. Les trois fléaux sont donc réunis dans cette composition, l'alcool, le jeu d'argent et la luxure. Ces éléments sont centrés autour de la courtisane qui semble diriger la situation par son geste de sa main droite pour offrir le vin au tricheur. Mais est-ce bien le cas ?

De La Tour, Le Tricheur, le vin incliné

De La Tour - Le Tricheur - Le vin incliné relie les trois fléaux : l'alcool, le jeu d'argent et la luxure avec le collier de la courtisane.

Ci-dessous, la ligne de regard de la courtisane (en rouge) s'appuie sur la grille dorée au bord du format (flèche rouge). Il semble que l'intuition de la courtisane lui dicte que l'homme agé serait un tricheur qui en veut à l'argent du jeune bourgeois, alors qu'elle même souhaiterait aussi s'attribuer les pièces d'or du jeune homme mais en usant de ses atouts féminins.

De La Tour - Le Tricheur - le vin incliné

De La Tour - Le Tricheur - La ligne de regard de l'œil droit de la courtisane pointe la grille dorée sur le format.

Vérifions cette interprétation avec les lignes de regard de la courtisane :

Ci-dessous, la courtisane pointe à 36° (en jaune) l'œil de la servante et son pouce (sa volonté). Le nez du tricheur est à nouveau pointé par un regard à 9° ( en bleu clair) alors qu'elle soupçonne l'index de la main tenant l'as de carreau avec un regard à 30° (en vert). Il semble bien que la courtisane ait conscience que l'homme tente d’escroquer le jeune homme riche, c'est pourquoi elle commande fermement à la servante d'enivrer le tricheur afin de minimiser ses capacités.

De La Tour - Le Tricheur - Les regards d

De La Tour - Le Tricheur - Les angles de regard de la courtisane.

Mais qu'en est-il du jeune bourgeois ? Il est souvent décrit comme une sorte de benêt inexpérimenté, une proie facile pour les deux prédateurs qui lui font face.

Ci-dessous, le regard du jeune homme (en rouge) se pose comme celui de la courtisane sur la grille dorée au bord du format (flèche rouge). Tous les angles de regard de cet homme montrent qu'il est tout à fait conscient du jeu qui se trame devant lui : le vin servit uniquement au tricheur, l'argent, les jeux de cartes, le geste de tricherie cachée, rien ne semble lui échapper.

De La Tour - Le Tricheur - Les regards du jeune homme.

De La Tour - Le Tricheur - Les angles de regard du jeune homme à 9°; 18° et 36° sur la servante et le vin, l'argent et le geste de tricherie cachée du tricheur.

Il y aurait bien d'autres tracés de composition à révéler avec cette scène pleine d'intrigues de société. Par exemple, d'autres grilles de composition ont été démontrées dans la page des "grilles harmoniques".

Mais pour l'instant, je préfère rester sur cette démonstration et aimerait savoir comment vous l'interprétez de votre côté.

N'hésitez pas à laisser votre commentaire, vos questions en pied de page, mon plaisir est de pouvoir échanger avec vous sur la composition picturale. Merci.

Guy MAUCHAMP