Les Obliques parallèles

Le personnage (dans une œuvre) le plus digne d’éloges

est celui qui, par son mouvement, traduit le mieux

les passions de l’âme.

Léonard de Vinci - Carnets -

La technique de composition la plus connue dans le monde de l'art est celle des parallèles obliques. En effet, ce sont elles que l'on remarque le plus facilement. Elles installent un dynamisme, une vigueur, un rythme dans la composition car elles viennent en opposition visuelle avec les bords du cadre.
Le plus souvent les parallèles obliques sont détectables à partir d'un objet rectiligne visible dans la scène.

Ce qui n'est pas bien connu en revanche, est que

les lignes obliques sont des supports pour placer les points de référence du corps des personnages : œil, index, pouce, talon, sein, genou, bouche, etc.

1 - Obliques parallèles avec Eugène Delacroix

LES OBLIQUES PARALLÈLES DU DRAPEAU

Prenons l'exemple de la hampe du drapeau que Marianne tient en main dans l'œuvre de Delacroix. La technique consiste, ainsi que le veut la première règle de composition, à en prolonger l'axe puis à rechercher les parallèles qui vont croiser les 12 points de la première règle : un œil, index, pouce, etc.

Cet axe dessiné ci-dessous en violet est l'oblique maîtresse qui conditionne les autres obliques secondaires.

L'oblique maitresse du drapeau pointe déjà trois points de la première règle, un œil, deux pouces.

Les obliques secondaires indiquent douze points de la première règle.

On remarque aussi que la hampe du drapeau est parallèle au pistolet de l'enfant pointé vers le ciel et que l'axe prolongé de ce pistolet pointe le talon de Marianne qui marche vers la liberté. Soit une double mise en relation pour le mouvement de marche en avant dans la solidarité.

DELACROIX, La liberté, les obliques parallèles de composition avec le porte drapeau.

Eugène Delacroix - La liberté guidant le peuple - 1831 - Louvre - photo tracés©gm

LES OBLIQUES PARALLÈLES DU FUSIL DE MARIANNE

Pour appuyer le dynamisme et la dramaturgie de la scène, Delacroix installe plusieurs séries d'obliques dans sa composition. Voyez, ci-dessous, les parallèles au fusil de Marianne. Elles mettent en place treize points de la première règle : l'axe du fusil pointe le pouce et l'orteil de Marianne et sur la parallèle de gauche se trouvent pas moins de quatre points sur l'enfant et l'homme au sol.

DELACROIX, La liberté, Analyse des parallèles avec le fusil

Delacroix - Obliques parallèles à partir du fusil tenu Marianne

LES OBLIQUES PARALLÈLES DU PISTOLET DU GARCON

Ci-dessous les parallèles au pistolet tenu en main gauche par le garçon. A nouveau ces obliques au pistolet ont conditionné l'emplacement de quatorze points de la première règle. Le dynamisme du bras levé de Marianne est soutenu par cette oblique du pistolet.

DELACROIX "la liberté" Analyse des parallèles du pistolet de l'enfant.

Delacroix - Obliques parallèles à partir du pistolet tenu en bas par l'enfant

Toutes ces obliques parallèles guident le regard dans des mouvements oculaires dynamiques et qui s'entrecoupent. À l'image de la violence des combats, ces obliques ne laissent pas l'œil en repos. De plus, elles mettent en lien systématiquement une arme, un combattant et un mort. Elles convergent aussi sur le pied de la Marianne en marche et sur la hampe du drapeau.

Voilà une belle illustration de l'usage esthétique et narratif de ces obliques parallèles.

Vous pouvez continuer ces observations de composition, par exemple en traçant les parallèles au fusil tenu par l'homme de gauche.

2 - Obliques avec une grille harmonique avec Titien

Avec ce magnifique portrait plein de tendresse et de douceur, Titien conditionne également sa composition avec les obliques parallèles. Mais ici ces obliques sont conditionnées par une autre technique de composition, celle des grilles harmoniques.

Tout le mouvement de la scène est guidé secrètement par la grille harmonique des demi-médianes (en blanc). En effet, le petit miroir de gauche est parallèle à cette grille.

Les parallèles à l'oblique maitresse du petit miroir répondent bien à la première règle de composition en pointant les yeux des deux personnages et les doigts de la jeune femme.

D'autres éléments sont aussi traversés par ces obliques comme la mèche de cheveux, l'ouverture de la robe et le nœud du jupon.

Le visage de la femme incliné selon ces obliques, accentue l'impression générale d'harmonie

TITIEN Femme à sa toilette Ananlyse des parallèles au miroir

TITIEN - La jeune femme à sa toilette - 1515 - Louvre - photo tracés©gm

Ci-desous, le petit bord du miroir prolongé indique une autre oblique qui a permis à Titien de mettre en relation les bouches et les doigts des deux amants, toujours en suivant la première règle de composition.

À l'opposé de "La Liberté guidant le peuple" de Delacroix, il n'y a ici que deux obliques perpendiculaires qui sont simplement conditionnées par une grille harmonique non visible. Cette composition tranquille installe une sérénité dans cette scène intime.

TITIEN  Jeune femme Ananlyse des obliques 2

Une deuxième perpendiculaire se trace à partir du petit côté du miroir. Une parallèle passant par deux doigts et le nez vient pointer la médiane du format.

Vous pouvez expérimenter ce même fonctionnement avec le miroir de La Vénus au miroir de Titien de 1555.

3 - Obliques libres avec Léonard de Vinci

Les lignes obliques libres ne sont pas conditionnées par un objet visible ou par une grille harmonique invisible. Elles sont  indépendantes des autres techniques et n'ont pour seul support que la première règle de composition.

Dès lors, pour détecter ces lignes obliques il faut bien connaître la première règle des peintres qui sert à mettre en relation des personnages de façon subtile à travers les points symboliques du corps humain.

Si  j'ose aborder une œuvre du grand maître de la peinture c'est que la composition de La Vierge à l'Enfant avec Sainte Anne est assez limpide à mes yeux. Dans cette scène tendre et gracieuse, aucune ligne droite visible servant à tracer une éventuelle oblique n'est visible. 
Cependant, si on se réfère à la première règle de composition, deux obliques apparaissent grâce à quatre points d'intérêt : les yeux et le pouce de Jésus pour la première oblique. Les deux pouces de Jésus, le pied de Sainte Anne et le sabot de l'agneau pour la seconde oblique.

Quatre points de la première règle pour une même ligne, cela n'évacue-t-il pas la possibilité d'un hasard ou d'une projection personnelle ?

Ces deux obliques traduisent ainsi tout le mouvement de la scène avec les regards des trois personnages et celle des actions avec les deux mains de Jésus et les pieds. On pourrait dire qu'en suivant le regard de Jésus la première oblique s'élève vers le ciel d'azur alors que la seconde est dirigée vers la terre et les pieds en pointant le gouffre sombre et inquiétant.

Léonard De VINCI St Anne - Analyse de la composition des parallèles obliques

Léonard De VINCI - La Vierge à L'Enfant avec Sainte Anne - 1513 - Louvre -

Les deux obliques majeurs gérées par les points de la première règle de composition - 

photo tracés©gm

En recherchant les parallèles à ces deux obliques majeures, leur reconstitution dans cette composition magistrale ne fait que peu de doute.

La première oblique majeure ci-dessous est celle qui s'élève en direction du ciel depuis le pouce et le regard de Jésus en traversant l'œil gauche de Marie puis l'œil droit de St Anne. Cette ligne pourrait être celle de la vie spirituelle, faite d'amour et d'esprit.

Cette oblique forme une perpendiculaire avec la deuxième ligne majeure, mais cet angle apparemment droit - symbole de la droiture du Christ ?-  est en fait de 92° !

Il ne s'agit pas d'une approximation, ce qui serait inconcevable de la part de De Vinci qui vénérait tant la précision. Ces 2° de trop participent d'un fonctionnement iconographique que j'ai souvent rencontré dans les compositions religieuses. Il serait question de signifier un problème, ou un défi à relever, une compréhension à acquérir en passant par l'épreuve terrestre.

Léonard De VINCI St Anne, analyse des obliques parallèles secondaires

Première oblique majeure dirigée vers le ciel d'azur et ses obliques secondaires

Or la deuxième oblique majeure ci-dessous se lit plutôt en direction de la terre, comme l'indiquent les pieds tournés vers un précipice inquiétant. Cette oblique concerne surtout l'agneau symbole du sacrifice de la vie du Christ

Léonard De VINCI St Anne, Analyse des parallèles de compostion, obliques secondaires.

Deuxième oblique majeure dirigée vers la terre et ses obliques secondaires

Il semblerait que le mariage de ces deux obliques que tout oppose résumeraient ainsi tout le destin et la portée salutaire de la vie du Christ.

Vérification avec une grille harmonique et les lignes de regard

Dans la démarche de l'archéologie picturale il est indispensable de vérifier une thèse par une induction à l'aide de thèses différentes pour voir si elles se recoupent de façon congruente. 

INDUCTION AVEC LA GRILLE TERRE-CIEL

Traçons ci-dessous la grille des carrés ciel (bleu) et terre (vert). Six points de la première règle sont placés sur cette grille terre-ciel : bouche et œil de Marie, œil de Jésus, etc. Et cinq de ces points de la première règle font partie des points des obliques parallèles.

Il y a bien une congruence entre les points des obliques et ceux de la grille ciel-terre.

Léonard DeVINCI Vérification des Obliques avec la grille terre-ciel

Congruence des points des obliques avec les points de la grille du carré terre.

INDUCTION AVEC LES ANGLES DE REGARD DE MARIE

Traçons ci-dessous les lignes de regard de l'œil gauche de Marie (en rouge). En bleu les angles préférentiels de 9° et 18°.

L'angle de regard à 18° est superposé à l'oblique majeure du ciel (violet). Marie regarde donc à 18° les yeux de St Anne et de Jésus sur la même ligne oblique majeure.

Alors que sa ligne de regard à 9° pointe l'œil gauche de St Anne et la bouche de Jésus.

Il y a à nouveau une congruence entre les points de l'oblique majeure avec la ligne de regard de Marie.

DeVINCI Analyse regards et oblique majeur

Congruence des points des obliques avec les points du regard de Marie, son regard à 18° est celui de l'oblique maitresse.

Vous pouvez expérimenter ce même fonctionnement avec La Vierge au rocher de Léonard de Vinci.

N'hésitez pas à laisser votre commentaire, vos questions en pied de page, mon plaisir est de pouvoir échanger avec vous sur la composition picturale. Merci.

Guy MAUCHAMP

 

Travail protégé par un copyright ©guymauchampU79J1B9 et un dépôt à la SGDL Paris.