Pour ceux qui douteraient encore de l'usage fréquent des mesures dorées dans l'art pictural ancien, je vous propose

- un autoportrait de Louis GIRODET

- une Annonciation de Cesare VECELLIO  (frère de Titien Vecellio)

qui apportent tous deux avec des manières différentes des éléments concrets assez frappants.

Mesures dorées avec Louis GIRODET 

J'ai eu le plaisir de voir cet autoportrait dans le charmant autel particulier du Musée Magnien de Dijon. https://musee-magnin.

Le charmant musée Magnien de Dijon

Louis GIRODET ( 1767 - 1824 ) a été formé à l'Académie Royale et son maître n'était pas moins que J-Louis DAVID, qui utilisait les rapports dorées dans ses œuvres. Cet autoportrait date de 1795, alors que Girodet était en pleine maturité artistique.

Louis GIRODET - Autoportrait - 1795 - Musée Magnien Dijon - photo ©gm

Le détail qui m'a intéressé est le compas qu'il tient dans sa main gauche, ci-dessous.

Et il se trouve que j'avais acheté un compas d'harmonie qui daterait de la même époque : fin XVII siècle !

En voici la photo :

Un compas d'harmonie permet, en vertu du théorème de Thalès, avec ses quatre pointes de donner deux rapports dorés sans faire aucun calcul.

La ressemblance avec mon compas d'harmonie est assez proche mais n'est pas un élément de preuve de l'usage du rapport doré par Girodet.

Par contre je me suis intéressé à l'ouverture du compas tenu en main par Girodet, il est facile de la relever avec mon compas d'harmonie.

Ouverture que j'ai signifié ici par un trait orange. Cette mesure orange est l'un des rapport doré que l'on peut déceler grâce aux deux branches de mon compas d'harmonie.

C'est ce que j'ai fait en me promenant à l'aide de mon outil dans cet autoportrait. 

Avenir Light est une police épurée et élégante et appréciée des designers. Agréable à regarder, elle s'adapte parfaitement aux titres et paragraphes.

La vérification de l'usage des rapports dorés avec une autre technique de composition se fait ici en traçant la grille des médianes.

Cette grille passe par l'œil gauche, ce qui correspond au fonctionnement de la 1ère règle de composition. 

Les deux mesures des yeux et de la bouche s'appuyent sur la médiane verticale.

D'autre part, on voit grâce à la médiane verticale qu'une subtile combinaison des deux quintes vient s'y insérer parfaitement. Ce fonctionnement est un usage récurent dans lequel le format du tableau et les deux quintes sont interdépendants. Usage observable par exemple chez Vermeer ou Nicolas Poussin.

Mesures dorées avec Cesare VECELLIO 

J'ai photographié cette annonciation dans une petite église de Venise (ce qui explique le crucifix et les fleurs devant) car j'ai été interpelé par le doigt levé au ciel de gabriel juste entre son visage et celui de la Vierge Marie. 

Je me suis tout de suite demandé si cette composition, visage-doigt-visage n'était pas gérée par le rapport doré.

Mais lorsque j'ai débuté mes tracés avec la technique des regards des personnages, donc à partir des yeux de Gabriel et de Marie j'ai constaté que le rapport doré n'était pas du tout présent.

Je me suis alors rappelé le contenu biblique de l'Annonciation : Gabriel parle et Marie écoute !

Mais en dessinant cette proposition, il n'est pas possible de relier la bouche de Gabriel à l'oreille de Marie tout en passant par l'index pointé au ciel !

Mais n'oublions pas que Jésus, Marie et les anges bénéficient d'une particularité de la technique des angles de regard : la ligne de L'âme qui part du front de la personne. J'ai donc tracé une ligne d'âme qui débute du point entre les sourcils de Marie pour passer sur l'index de Gabriel et qui se termine... sur le nez de Gabriel !

Avec ce tracé, il faudrait développer la symbolique du nez dans une scène religieuse. J'ai rencontré plusieurs fois cette iconographie mais elle demanderait à être approfondie avec la parution d'un article spécifique à ce sujet.

 

J'entends les détracteurs qui diront, non sans perspicacité, qu'avec ce nez et ce point de l'âme,  cette ligne n'est qu'un arrangement pour enfiler la chaussure de Cendrillon en trouvant un rapport doré là où il n'y en a certainement pas.

Remarque sensée qui demande de vérifier par d'autres moyens si cette ligne correspond à une logique de composition et si elle a un sens réel. Or, il se trouve que la vérification de cette ligne avec d'autres techniques de composition est un vrai bonheur.

Pour cela il suffit de tracer la grille des carrés Ciel et Terre, grille qui est pratiquement toujours présente dans la composition des scènes religieuses. Puis il faut prolonger cette ligne Gabriel-Index-Marie jusqu'au bord du cadre. 

Vous voyez alors que cette ligne, Nez de Gabriel- Index- Ligne de l'âme de Marie, vient pointer avec précision le coin du carré Ciel de la composition.

Notons que ce carré Ciel met en place un œil et un petit doigt de deux anges, et que le carré

Terre passe par le majeur de Marie et le nœud de ceinture de Gabriel.

Le nœud symbolisant ce qui relie. Ici se serait cet ange Gabriel qui fait le lien entre la parole divine dans le carré Ciel,  et Marie dans le carré Terre.

Les deux visages de Gabriel et Marie sont d'ailleurs inscrit dans la superposition, on pourrait dire dans le lien, du carré ciel et du carré terre.

Tous ces éléments laissent penser que la grille Terre-Ciel a été utilisée par Vecellio.

Les lignes de regard de Gabriel proposent également une vérification et une lecture intéressante (ci-dessous à gauche).

Cette ligne de regard de Gabriel se calent avec précision avec la technique des marqueurs. En effet on remarque la tunique dorée soulevée par le vent dont une pointe forme ce que j'ai appelé un "marqueur".

Or lorsque la verticale du regard de Gabriel (en rouge) est placée sur ce marqueur, sa ligne horizontale de regard vient se loger dans le coin du carré Terre. Et sa ligne de regard à 9° en bleu (voir la technique des angles de regard) vient rencontrer le point de l'âme de Marie.

Les deux carrés Ciel et Terre sont donc pointés chacun dans leurs coins respectivement par Marie et Gabriel.

Enfin pour terminer, si l'on trace les lignes de l'âme de Marie (en rouge ci-desous à droite), sa verticale dirigée vers le ciel va pointer avec précision l'œil de la colombe envoyée par Dieu.

Et l'angle "parfait" à 30° pointe le nez de Gabriel.

En fait, cette ligne violette gérée par le rapport doré, aussi appelé "rapport divin" est celle de l'âme de Marie qui semble ainsi voir en elle-même la perfection de cette annonce faite par Gabriel.

La boucle est ainsi bouclée pour cette vérification riche de sens.

la ligne de regard de Gabriel est calée avec le coin du carré terre et sa ligne de regard à 9° pointe l'âme de Marie (le point entre les sourcil selon l'iconographie religieuse).

La ligne de l'âme de Marie est calée sur l'œil de la colombe et sa ligne de regard à 30° pointe à nouveau le nez de Gabriel.

Guy MAUCHAMP

Textes et photos protégés par un copyright ©guymauchampU79J1B9 et un dépôt à la SGDL Paris.